Accueil Eco & Social Christel Heydemann, troisième femme DG d’une entreprise du CAC40

Christel Heydemann, troisième femme DG d’une entreprise du CAC40

par Isabelle Germain

Christel Heydemann ©Écolepolytechnique

La nomination de Christel Heydemann à la direction générale d’Orange devrait être entérinée vendredi. Avec Engie et Véolia, trois entreprises du CAC40 seront dirigées par des femmes. Plus que 17 et ce sera la parité !

La féminisation des directions des entreprises du CAC40 connaît un coup d’accélérateur sans précédent ! Quelques jours après l’annonce de la nomination d’Estelle Brachlianoff à la tête de Veolia en juillet prochain, voici que Christel Heydemann devrait être nommée Directrice générale d’Orange et prendre ses fonctions au mois d’avril. Sa nomination devrait être entérinée vendredi 28 janvier.

Avec Catherine MacGregor à la tête d’Engie, elles seront désormais trois femmes dans ce qui était un boy’s club de directeurs généraux des 40 entreprises aux plus fortes capitalisations boursières.  

Lire : ESTELLE BRACHLIANOFF, UNE DG POUR UNE ENTREPRISE DU CAC 40

Aujourd’hui directrice Europe de Schneider Electric, Christel Heydemann va succéder, à la direction générale d’Orange, à Stéphane Richard condamné en appel dans l’affaire Tapie/Crédit Lyonnais et poussé à démissionner. Elle devrait prendre ses fonctions dès avril prochain.

A 47 ans, elle sera la première femme à la tête de l’ancien opérateur public français. Dans les coulisses de cette nomination, beaucoup de dents ont grincé selon Le Monde qui indique que la candidature de Christel Heydemann a été ajoutée à la première sélection du comité de gouvernance dans la dernière ligne droite, à la demande du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire.  Un ministre lui-même très sollicité par les féministes pour ouvrir plus largement les portes du pouvoir économique aux femmes. Il ne restait alors que deux noms d’hommes en course à ce moment-là. Mi-janvier, Bruno Le maire avait fait savoir publiquement qu’« à compétences égales, il [souhaitait] que ce soit une femme qui reprenne la direction d’Orange ». L’Etat étant actionnaire du groupe à hauteur de 23 %, il avait son mot à dire.

Lire : NOUVEAU RAPPORT POUR METTRE LES FEMMES AU CŒUR DE L’ÉCONOMIE

Polytechnicienne, Christel Heydemann connaît bien le groupe puisqu’elle est administratrice indépendante d’Orange depuis juillet 2017. Elle a débuté sa carrière au Boston Consulting Group où elle a passé deux ans. Elle a ensuite rejoint Alcatel-Lucent (devenu depuis Nokia) où elle a par exemple négocié une alliance stratégique avec HP aux États-Unis avant d’être promue en 2011 directrice générale des ressources humaines de l’équipementier télécoms à un moment particulièrement délicat, entre 2011 et 2013, quand le groupe a mené un plan de suppression de 5.500 postes dans le monde. En 2014, direction Schneider Electric, spécialiste de la gestion de l’énergie et des automatismes des entreprises. Elle sera responsable des alliances stratégiques, puis directrice de la filiale française en 2017, avant de devenir directrice générale Europe de ce groupe industriel en 2021.

Chez Orange, il faudra encore nommer un président puisque Stéphane Richard cumulait les deux fonctions de directeur général et président. Pour l’instant, aucune femme n’est dans la course…

Lire aussi dans Les Nouvelles News

EGALITÉ PROFESSIONNELLE : DIX ANS DE QUOTAS ET DES ANNONCES

LA MODE, UNE AFFAIRE D’HOMMES

CATHERINE MACGREGOR SUCCÈDE À ISABELLE KOCHER À LA TÊTE D’ENGIE

LA CROISADE ÉCOLO D’ISABELLE KOCHER POUR RESTER À LA TÊTE D’ENGIE

ISABELLE KOCHER, FUTURE PREMIÈRE FEMME PDG DU CAC 40 ? (2014)

FÉMINISATION DES CA : LE CAC QUI CACHE LA FORÊT

Laisser un commentaire