Accueil Economie Les femmes perçues comme les plus discriminées au travail

Les femmes perçues comme les plus discriminées au travail

par La rédaction

Le sexe et la grossesse ou la maternité suivent l’âge dans le top 3 des critères les plus cités, selon un baromètre sur la perception des discriminations dans le travail.


Les femmes sont perçues comme les plus touchées par les discriminations au travail. Le taux de victimes féminines est supérieur de 11 points dans le privé et de 8 points dans le public par rapport aux hommes, selon le 6è baromètre de l’IFOP sur « la perception des discriminations dans le travail », réalisé pour le Défenseur des droits et l’Organisation Internationale du travail et rendue publique le 14 janvier.

Dans le secteur public, le sexe (pour 26% des agents interrogés) et la grossesse ou la maternité (24%) sont considérés comme les principaux facteurs de discrimination, devant l’âge (20%). Dans le privé, c’est l’âge qui est le plus souvent cité (32%), devant le sexe (22%) et la grossesse et la maternité (21%).

Il s’agit là de perception des discriminations. Les réclamations adressées au Défenseur des droits (et précédemment à la HALDE) ont pour principal critère l’origine et la santé ou le handicap. Le sexe et la grossesse arrivent en troisième place.

Crise et résignation

Chez l’ensemble des actifs, trois sur dix déclarent avoir été victimes d’une discrimination, et un sur trois en avoir été témoin. Mais 4 victimes sur 10 ont gardé le silence. « Un sentiment de résignation prédomine », observe l’IFOP : 69% des salariés du privé et 42% des agents de la fonction publique n’ayant rien dit ou rien fait ont considéré qu’une réaction n’aurait rien changé.

Le baromètre souligne par ailleurs le poids de la crise et de la détérioration de l’emploi : 81 % des personnes interrogées estiment que la situation économique a une influence sur la fréquence des discriminations.

Les situations d’injustice les plus fréquentes concernent les évolutions de carrière, le travail au quotidien (recouvrant les cas de harcèlement, selon l’étude), les barrières à l’embauche, les augmentations de salaire ou l’attribution des primes.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire