Accueil Economie Inégalités salariales persistantes dans la fonction publique

Inégalités salariales persistantes dans la fonction publique

par Arnaud Bihel

17% : c’est l’écart de salaire global qui subsiste entre les femmes et les hommes dans la fonction publique d’État. Notamment parce qu’elles reçoivent des primes inférieures.


 

« Alors que le statut des fonctionnaires garantit l’égalité de traitement des agents à toutes les étapes de la carrière, les écarts de rémunérations entre les hommes et les femmes subsistent », rappelle le rapport annuel du gouvernement sur l’état de la fonction publique, révélé ce jeudi par Les Echos.

Dans la fonction publique d’État, les écarts salariaux sont certes moindres que dans le privé (en 2009 les femmes fonctionnaires gagnaient 17% de moins que les hommes, contre 23,6% dans le privé). « Néanmoins, cette comparaison directe s’avère peu opérante », observe le rapport « car, en moyenne, les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes caractéristiques individuelles, n’occupent pas les mêmes emplois et ne travaillent pas dans les mêmes établissements ».

Des postes moins rémunérés

Première raison : le déroulement de carrière. Si les femmes sont aussi diplômées que les hommes, elles connaissent des périodes de temps partiel ou/et d’interruptions de carrière plus fréquentes et plus longues. « Elles sont également moins nombreuses à occuper les postes les plus rémunérateurs et à travailler dans les établissements qui versent les salaires les plus élevés. » Le rapport cite cet exemple : elles sont « très représentées parmi les enseignants (de l’ordre des deux tiers) alors que cette profession affiche un salaire net moyen plus faible que celui des autres cadres » de la fonction publique d’État. Les femmes composent la majorité des fonctionnaires d’État, mais elles n’y occupent que 20,3% des postes de direction, relevait déjà en janvier la députée François Guégot dans son rapport sur l’égalité professionnelle dans la fonction publique.

Lire aussi sur

LES NOUVELLES news :

Une journée de l’égalité salariale en ordre dispersé (7 mars 2011)

Vers des quotas de préfètes et d’ambassadrices (27 janvier 2011)

Des primes deux fois moindres

Mais ces raisons structurelles ne suffisent pas à expliquer toutes les différences de rémunération, souligne le rapport. Elles sont aussi le fait d’un écart sur les primes, qui sont « systématiquement inférieures pour les femmes » : 17,3 % du traitement en moyenne en 2009, contre 32,7% pour les hommes. Même dans l’encadrement supérieur, « où les effets du temps partiel sont moindres, au moins en théorie », cet écart est visible : taux de prime de 55 % pour les personnels de direction « femmes », contre 68 % pour les hommes.

Autant de chiffres pour alimenter les discussions sur l’égalité professionnelle, qui s’ouvriront avant la fin de l’année entre le gouvernement et les syndicats. Ces négociations devraient déboucher sur un nouveau projet de loi, début 2012. Le rapport incite à l’action : « des progrès importants restent à accomplir dans la fonction publique car la situation des femmes a peu progressé ces dernières années ».


(1) Et on ne peut pas remarquer d’amélioration récente, puisque cet écart était même plus faible (15,6%) en 2006.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

Berenice 6 octobre 2011 - 12:44

Moi qui croyait naïvement que les fonctionnaires, eux, n’étaient soumis à l’inégalité des salaires femme/homme 😡

Répondre
las vegas 7 octobre 2011 - 15:56

@ berenice : l’Etat se fait aussi tirer l’oreille pour l’accueil des handicapés:
la législation relative à l’emploi des handicapés est violée par … l’Etat!!

Répondre

Laisser un commentaire