L’Insee dope le PIB et reste étourdi

Après avoir tenu bon pendant 4 ans face aux normes européennes, l’Insee finit par inclure le trafic de stupéfiants dans le calcul du PIB. Mais il oublie toujours d’intégrer la valeur produite par le travail domestique.


 

L’Insee l’a confirmé cette semaine : l’institut statistique français va inclure, à partir du mois de mai, le trafic de drogue dans son calcul du Produit intérieur brut (PIB). L’Insee finit ainsi par se plier, quatre ans après avoir dit non, aux demandes d’Eurostat. Pour l’institut statistique de l’Union européenne, toute « transaction », même illégale, entre parties consentantes, doit être comptabilisée dans la mesure de la richesse produite dans…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php