Accueil Politique & Société Mobilisation pour une action politique de prévention des féminicides

Mobilisation pour une action politique de prévention des féminicides

par Camille Saint-Cricq

Une grande manifestation samedi, un plan élaboré par « nous toutes », plusieurs tribunes de militant.e.s relayées par de grands médias, … Bientôt une politique efficace de lutte contre ces meurtres de femmes ?

Ce n’est pas aux victimes d’hommes violents qu’il faut donner des conseils, elles font ce qu’il faut pour tenter d’échapper à un assassinat.  Mais les institutions supposées prévenir ces crimes ne sont pas à la hauteur. C’est ce qu’ont dit sur CNews, mercredi 4 juillet, Marie Cervetti, directrice de FIT, une femme un toit et Gilles Lazimi, médecin et membre de SOS femmes 93.

Le 71ème féminicide de l’année 2019 recensé par Féminicides par compagnons ou ex a eu lieu après des plaintes de la victime restées sans effet.  La  jeune femme de 20 ans, tuée mercredi 3 juillet à Saint-Denis (93) par l’homme qu’elle voulait quitter, avait, selon la presse locale, déjà déposé une main courante la veille. Et auparavant, elle avait dénoncé au moins deux épisodes violents et notamment des coups au visage en février et mars dernier. Depuis mercredi, un nouvel assassinat de femme par son compagnon a été signalé à Reims. Ce qui porte le chiffre macabre à 72. Soit plus que l’an dernier à la même époque.

Alors samedi 6 juillet, à l’appel d’un collectif des proches et familles de victimes de féminicides « Plus jamais ça », est organisée à Paris une grande manifestation « Protégez-les ! » à 17 heures Place de la République.

Une chaîne de dysfonctionnements

Dans une tribune publiée dans Le Parisien le 29 juin, le collectif interpelle le gouvernement, les médias et les lectrices et lecteurs. « Pour vous c’est un fait divers, pour nous un drame à jamais. » Quand ces femmes ont cherché de l’aide, « on les a renvoyées chez elles à la merci de leur agresseur. » Alors dit le collectif : « certes il n’y a qu’un seul coupable : l’homme qui les a tuées. Mais il y a une chaîne de responsabilité parce qu’elles n’ont pas été suffisamment protégées.» Le groupe en appelle, comme la Fondation des femmes à « un Grenelle des violences faites aux femmes » qui réunirait toutes les parties prenantes : la police, la justice, l’école, les services sociaux, les entreprises, les associations pour que «toutes nos institutions fassent barrage aux agresseurs.»

L’exemple de l’Espagne montre l’efficacité d’une vraie politique de lutte contre les féminicides. Leur nombre est passé de 76 en 2008 à 47 en 2018. Et cette diminution est le fruit de gigantesques mobilisations de la population et d’une politique dotée de forts moyens contre ce qui est clairement nommé « le terrorisme machiste » (voir En Espagne, état d’urgence face au « terrorisme machiste »). Tribunaux spécialisés devant instruire les dossiers en moins de 72 heures, bureaux d’aide et d’assistance juridique et psychologique pour les victimes, bracelet électronique… Et changement dans la presse qui ne parle plus de « drame conjugal », qui ne minimise plus ces violences (Voir « Les mots tuent ») . Et ce nouveau discours des médias permet des mobilisations géantes de la population pour faire pression sur les pouvoirs publics.

En France, les associations se mobilisent depuis des années dans l’indifférence des grands médias. Mais depuis qu’elles peuvent communiquer directement grâce à Internet, ces médias sont bien obligés de les prendre en considération et les responsables politiques doivent suivre le mouvement. (voir : Dans les journaux, le sexisme ordinaire se porte bien mais…)

Pendant que le collectif « plus jamais ça » publiait sa tribune dans Le Parisien, l’ancien magistrat Luc Frémiot s’exprimait le 29 juin dans le JDD . Avec cette accusation :
«Violences sexistes : Les autorités sont en situation de non-­assistance à personne en danger.»

Plan d’actions

Le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE)  a immédiatement réagi s’alarmant «du nombre de féminicides depuis le début de cette année alors que le législateur a déjà renforcé la capacité d’évaluation de la dangerosité de l’agresseur et de protection des victimes.» Le HCE a indiqué se porter  «volontaire pour identifier les parcours et les éventuels manquements qui ont conduit au meurtre de 70 femmes depuis le début de l’année.»

Dans la foulée  Youssef Badr, le porte-parole du ministère de la Justice, a indiqué que la ministre Nicole Belloubet avait saisi l’Inspection générale de la Justice dès le 21 juin « afin notamment d’examiner les dossiers d’homicides, le contexte dans lequel les faits ont été commis, le parcours judiciaire des victimes et auteurs ». Elle a également répété sa volonté de généraliser un système de bracelets électroniques à destination des hommes violents.

Pas sûr que cela suffise. C’est, comme en Espagne, un grand plan d’action qu’il faut mettre en place. Pas besoin de nouvelles commissions pour étudier le sujet, les différentes tribunes ont dessiné ce plan d’action. Et le collectif #NousToutes a même mâché le travail du gouvernement dans une nouvelle tribune publiée dans Le Mondele 4 juillet. Il prône cinq mesures et interpelle cinq ministres concernés.
Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur pour qu’ « aucune femme victime de violence au sein du couple ne reste sans réponse, sous peine de sanction pour les agents qui refusent leurs plaintes. »
Nicole Belloubet, ministre de la Justice pour faire les «ordonnances de protection dans chaque département. Nous en attribuons 1 300 chaque année, quand l’Espagne en délivre plus de 20 000.»
Julien Denormandie, ministre du Logement, pour ouvrir davantage de places d’hébergement avec un objectif de «2 200 places supplémentaires d’ici à la fin du quinquennat. Cela nous mettrait au niveau des minima requis par l’Union européenne.»
Agnès Buzyn, ministre de la Santé, pour «un plan de détection systématique des violences à l’hôpital».
Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes, pour «doubler les subventions aux associations qui accueillent les femmes victimes de violence».

Le 20 juin dernier, une manifestation organisée par le collectif « On Arrête Toutes » affichait, au Panthéon face « Aux grands hommes la patrie reconnaissante » le terrible écho : «aux femmes assassinées la Patrie indifférente». (voir CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES, UN COMBAT DÉSESPÉRÉ ?) Les mobilisations seront-elles enfin suffisantes pour qu’une politique efficace stoppe les féminicides en France ?

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire