Opposition aux quotas européens dans les CA

par La rédaction

Viviane Reding aura bien du mal à imposer son projet de fixer des quotas à l’échelle européenne (40% à l’horizon 2020) pour féminiser les Conseils d’administration des grandes entreprises. A peine présenté, le projet de la commissaire européenne à la justice se heurte à une vive opposition.

Pas moins de neuf pays de l’Union européenne, dont le Royaume-Uni et les Pays-Bas, ont signifié à Bruxelles leur désaccord, dans un texte que Le Figaro s’est procuré. « Les neuf capitales soulignent que les femmes doivent obtenir une place plus équitable. Mais estiment qu’il n’appartient pas à l’échelon européen d’en décider », explique le journal. Même si elle n’a pas signé le texte, l’Allemagne soutient ces frondeurs.

« Traduction : les quotas sont morts », commente sur Twitter la journaliste allemande Cerstin Gammelin. Dès l’annonce du projet de Viviane Reding, le 4 septembre, la correspondante à Bruxelles du Süddeutsche Zeitung dressait ce constat : le projet « est mort-né : au moins 10 États veulent le bloquer ».

« Heureusement que les lois européennes ne sont pas conçues par des hommes en costume sombre derrière des portes closes, mais qu’elles suivent un processus démocratique » : c’est ainsi qu’a réagi Viviane Reding, selon son entrourage cité par LeMonde.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire