Accueil Politique & Société Mieux prendre en compte les violences faites aux femmes

Mieux prendre en compte les violences faites aux femmes

par La rédaction

La ministre des Solidarités et celui de l’Intérieur ont annoncé lundi 7 mars un nouveau plan contre les violences faites aux femmes. Le troisième en 4 ans. Il s’agira notamment d’assurer un meilleur éclairage statistique car « on ne combat que ce qu’on connaît bien ».


C’est une réponse, en partie, à la polémique engendrée par les derniers chiffres de la délinquance. Ceux-ci montraient, en janvier, une hausse des violence à l’encontre des femmes sur la voie publique. Un fait que le ministre de l’Intérieur d’alors, Brice Hortefeux, avait alors soigneusement occulté. Le ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale, chargé de la question des droits des femmes, préférait quant à lui ne pas réagit à chaud. Un mois et demi plus tard, c’est au côté du successeur de Brice Hortefeux, Claude Guéant, que la ministre des Solidarités a annoncé un plan consacré à la lutte contre les violences faites aux femmes. Ce sera le troisième sous cette législature.

Davantage de statistiques sexuées

Les ministres entendent parvenir à « un suivi beaucoup plus fin de ces violences, à travers de nouvelles missions qui seront fixées à l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP)», rapporte l’AFP.

L’ONDRP devra ainsi proposer davantage d’évaluations sexuées des violences, a expliqué Roselyne Bachelot, car « on ne combat bien que ce qu’on connaît bien ». Pour l’heure, les seules statistiques sexuées utilisées par l’ONRDP dans ses bilans annuels concernent les vols avec violence sur la voie publique – le chiffre marquant dévoilé en janvier. Même les chiffres des viols et violences sexuelles ne prennent pas en compte la dimension de genre. Seules des publications ponctuelles en font état.

Le plan, qui sera dévoilé en détails dans quelques jours, entend traiter notamment des violences au sein du couple, les plus fréquentes. Pour le ministre de l’Intérieur, l’enjeu est « d’aboutir à ce que les violences conjugales, au lieu qu’elles soient cachées, soient révélées afin qu’elles puissent être traitées et prises en compte. » Selon les derniers chiffres de l’ONDRP sur le sujet, en 2007, les forces de l’ordre ont enregistré 47 573 faits violences volontaires sur des femmes majeures commises par un conjoint ou ex-conjoint. Mais, selon les enquêtes de victimation, les violences qui ne conduisent pas à une plainte seraient au moins 5 fois plus nombreuses.

Coût des violences, coût de la prévention

Si c’est au sein du couple qu’on lieu la majorité des violences, le plan ne s’arrêtera pas à cet aspect. Un autre volet concernera les violences sexuelles et sexistes au travail.

Selon Roselyne Bachelot, le coût pour la société des violences envers les femmes est « considérable », en termes de soins de santé, de prise en charge sociale, en raison des décès et incapacités. Il est estimé à 2,5 milliards d’euros. Pas assez, jusque là, pour augmenter les crédits de la prévention. Lors du vote de la loi sur les violences conjugales, l’été dernier, la majorité avait laissé de côté le volet formation des professionnels, trop coûteuse. En janvier, en réaction aux chiffres de la délinquance, l’Observatoire de la parité réclamait « une augmentation conséquente de moyens adressés à la lutte contre ces violences » faites aux femmes.

 


A lire également :

 

« Hommes et femmes battus : bienvenue à la Victim Academy », par Natacha Henry sur Rue89.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

6 commentaires

6 commentaires

mich 7 mars 2011 - 18:26

et un suivi pénal plus viril, ça serait bien non ? Bien souvent, le couperet ne tombe qu’après plusieurs récidives. Il faut arrêter de cacher tout ça derrière des statistiques…comme si avoir des chiffres permettait d’être plus efficace. Une femme qui dépose plainte, ça devrait suffire à être traité avec efficacité. Point barre !

Répondre
François 7 mars 2011 - 20:33

Jacques Salomé le psycho-sociologue a fait un DVD disponible un peu partout qui s’appel:

Être femme aujourd’hui 🙂

Il y parle de façon très pertinente de la violence faites aux femmes. Il donne surtout des clefs et des outils concrets pour faire face à cette violence, comment y remédier, comment l’affronter et la dépasser… 😮
Un témoignage poignant qui devrait être diffuser dans les associations qui œuvrent dans ce sens…

Il est disponible sur le site des Editions en Conscience

Répondre
Marlène Schiappa 7 mars 2011 - 20:52

Ca pose le problème des statistiques de genre, en effet…

Répondre
patdou 7 mars 2011 - 21:51

je commence à en avoir marre de ce sujet à la noix « la violence faite aux femmes »
A t on pensé une seule fois aux hommes qui subissent la violence de ce soi disant sex faible? Ras le cul de toujours s’en prendre plein la gueule, elle est ou cette égalité des sexes ou la justice , les lois, la police et bien d’autres prennent le parti de ces vermines sans pour autant donner la moindre chance aux hommes?
Elles ont voulu l’égalité, elles l’ont obtenu mais ne se contentent pas du tout d’être l’égale de l’homme, elles veulent le pouvoir et ces grands cons du gouvernement et autres justices d »enculés ont de la merde dans les yeux.
Regardez autour de vous ces garces vous mènent à l’abattoir avec leur entre jambes , alors réveillez vous bande de larves

Répondre
isabelle germain 8 mars 2011 - 07:26

Restez poli monsieur !

Répondre
Galien 8 mars 2011 - 16:49

« mich »
et un suivi pénal plus viril,…Une femme qui dépose plainte, ça devrait suffire à être traité avec efficacité.

ça veut dire quoi tout ça ? je ne sais pas ce qu’est un suivi pénal « viril », pas plus qu’un « traitement efficace ».

Répondre

Répondre à François Annuler la réponse