Accueil Economie Clichés sur les salaires des homosexuels

Clichés sur les salaires des homosexuels

par La rédaction

La discrimination salariale obéit à des stéréotypes puissants. Un article publié dans Le Monde rapporte les conclusions d’une étude sur les discriminations salariales subies par les homosexuels : «  à caractéristiques identiques (âge, diplôme, localisation géographique, etc.), les homosexuels sont discriminés sur le plan salarial par rapport aux hétérosexuels, mais pas les homosexuelles. »  Pour les hommes, l’écart de salaire « est de – 6,2 % dans le secteur privé et de – 5,5 % dans le secteur public. » Pour les femmes, « la différence salariale leur est favorable dans le secteur privé (+2 %) et nulle dans le secteur public. »

Le masculin l’emporte

Explication : les gays pourraient avoir, selon les employeurs, « une productivité plus faible que les hétérosexuels, notamment en raison de problèmes de santé potentiels liés au sida. » Tandis que les lesbiennes possèderaient, toujours selon les employeurs interrogés, les « qualités masculines » qui permettent de gravir les échelons dans l’entreprise  « agressives, plus dynamiques, plus disponibles, avec une productivité un peu supérieure,.. » énumère Thierry Laurent, professeur à l’université d’Evry-Val-d’Essonne, interviewé par Le Monde.
Une autre facette des stéréotypes de genre en entreprise qui, outre les préjugés datés sur les homosexuels, rappelle que le masculin l’emporte en entreprise.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

cih 29 mai 2012 - 23:36

Peut-être, mais figurons nous que les homosexuelles sont comme leur genre l’indique des femmes, et les homosexuels, des hommes. Alors je ne suis pas une spécialiste en maths, mais si l’on reprend les bonnes vieilles statistiques de l’insee, à savoir que les hommes gagnent 27% de plus que les femmes (si je me souviens bien), eh bien il me semble que le compte n’y est pas. Même un homme homosexuel gagne plus qu’une lesbienne. Certes, moins que son compère hétéro, mais plus quand même. Le titre de cet article, que vous reprenez à votre compte, était tout bonnement un mensonge, et je m’étonne que vous ne l’ayez pas relevé.

Répondre
isabelle germain 30 mai 2012 - 05:30

« cih »
Peut-être, mais figurons nous que les homosexuelles sont comme leur genre l’indique des femmes, et les homosexuels, des hommes. Alors je ne suis pas une spécialiste en maths, mais si l’on reprend les bonnes vieilles statistiques de l’insee, à savoir que les hommes gagnent 27% de plus que les femmes (si je me souviens bien), eh bien il me semble que le compte n’y est pas. Même un homme homosexuel gagne plus qu’une lesbienne. Certes, moins que son compère hétéro, mais plus quand même. Le titre de cet article, que vous reprenez à votre compte, était tout bonnement un mensonge, et je m’étonne que vous ne l’ayez pas relevé.

En effet, nous voulions souligner l’absurdité de la conformité aux clichés, le titre était mauvais. Changé

Répondre
.martin scriblerus 30 mai 2012 - 06:44

Je n’ai pas lu le titre initial. Mais j’ai beau connaître les écarts de salaires entre hommes et femmes (hétérosexuels?), il m’a fallu lire le premier commentaire pour comprendre où voulait en venir l’article. peut-être étais-je mal réveillé?
Il faut dire que l’intertitre, confronté ensuite aux chiffres, ne rend pas la suite plus claire non plus: ainsi formulé, l’on ne sait à quelles bases les écarts cités s’appliquent.
Si l’on resitue ces chiffre, on fait apparaître combien l’entreprise est sexiste, et homophobe – mais que toutefois, l’écart de salaire subi par les femmes ne lui paraît pas devoir être encore aggravé pour stigmatiser plus particulièrement celles qui seraient homosexuelles.

Répondre
Lili 30 mai 2012 - 13:50

Il y a quand même un truc qui me chiffonne là…. Comment une entreprise sait-elle qu’on est homo ou hétéro? Pour homme/femme, c’est évident, pour la vie familiale c’est souvent découvert parce qu’il y a des contraintes qui s’expriment dans le cadre pro, mais pour discriminer les homos et les hétéros il faut le savoir et là il faudrait quand même m’expliquer comment ça se sait de manière officielle (ailleurs qu’à la machine à café quoi). Sauf à me dire que « ça se voit » et là pour le coup on est dans le méga-cliché. Pour ma part, ma vie privée (pourtant pas très propice à l discrimination car très très classique) est privée. Donc pas racontée au bureau.

Donc l’autre hypothèse serait qu’homo et hétéros font des choix professionnels (secteur, métiers..) différents? Comme les femmes sont moins payées parce qu’elles choisissent des métiers moins rémunérateurs? Je ne sais pas.

Répondre
Lili 30 mai 2012 - 13:55

Du coup je lis les commentaires de l’article du Monde et beaucoup posent la même question que moi. (au milieu d’un nombre certain de comm affligeants). La remarque sur les enfants me semble pertinente, peut-être serait-il utile de comparer les salaires des homosexuels sans enfants de ceux des hétérosexuels sans enfants. Sauf si ça a été fait en tenant compte des caractéristiques familiales dans l’étude.

Répondre

Laisser un commentaire