Accueil Economie Quotas européens dans les CA : projet mort-né et inutile ?

Quotas européens dans les CA : projet mort-né et inutile ?

par La rédaction

Le projet de Viviane Reding d’imposer 40% de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises européennes se heurte à une vive opposition. Bien fait, estiment certaines : car c’est dans les comités de direction qu’il faut imposer la parité.


Le projet européen de quotas pour féminiser les conseils d’administration verra-t-il le jour ? Un quotidien allemand en doute. Le projet de la Commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding, était dévoilé le 4 septembre : en 2020, les Conseils d’administration des grandes sociétés européennes devront voir siéger au moins 40% de femmes (ou d’hommes). Dans le cas contraire, ils seraient soumis à des sanctions.

Mais selon Cerstin Gammelin, correspondante du Süddeutsche Zeitung à Bruxelles, le projet risque de finir dans un tiroir (article ici en allemand). Car il se heurte à une « résistance massive » de plusieurs pays européens, opposés à ce principe de quotas. Dès le 4 septembre, Cerstin Gammelin commentait par un tweet assassin : le projet « est mort-né : au moins 10 États veulent le bloquer ».

Et après tout un tel échec serait mérité… car le projet de Viviane Reding ne va pas assez loin, poursuit Cerstin Gammelin. En effet, aujourd’hui, les Conseils d’administration sont presque inutiles : si la commissaire veut vraiment promouvoir les femmes aux postes à responsabilité, c’est dans les comités directeurs des entreprises qu’elle doit imposer la parité, souligne la journaliste .

En commentant la proposition de Viviane Reding, le Lobby européen des femmes faisait la même remarque (ici en anglais), appelant la commissaire européenne à « revoir son projet, car seuls les comités de direction prennent les décisions ».

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

Maryse 14 septembre 2012 - 05:59

En France aussi on ferait bien de se pencher la dessus

Répondre
margaret 14 septembre 2012 - 10:52

C’est une question très cuturelle: les britanniques sont farouchement contre les quotas mais le Medef local a mis en oeuvre des objectifs « volontaires » qui ont fait fortement évoluer la présence des femmes aux conseils.
Même si je suis une éuropéenne convaincue, je pense que dans ce cas précis une directive européenne serait plutot néfaste en ce qui concerne les patrons britanniques. Cela étant dit, la menance d’un quota a surement aidé…

Répondre
Lili 14 septembre 2012 - 13:55

Trouver que l’échec est mérité parce qu’il ne va pas assez loin, c’est vraiment dommage. Les CA n’ont peut-être pas autant de pouvoir que les CE, il n’empêche que les femmes n’y sont pas les bienvenues et que sans règle, ça n’avancera pas.
C’est au contraire une étape de plus vers la prise de pouvoir.
Le mythe du grand soir de l’égalité a la vie dure. Les grandes avancées sont plus souvent le fruit de multiples petits pas que de grands mouvements.

Répondre

Laisser un commentaire