Accueil International Milliardaires hommes plus riches, femmes plus pauvres

Milliardaires hommes plus riches, femmes plus pauvres

par La rédaction

Selon le rapport Oxfam, les plus riches ont doublé leur fortune pendant la pandémie. 252 hommes possèdent plus de richesses que le milliard de femmes et de filles d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes réunies.

« En 19 mois de pandémie la fortune des milliardaires dans le monde a plus augmenté qu’au cours de la dernière décennie » c’est l’une des principales données du dernier rapport d’Oxfam International., l’ONG qui lutte contre la pauvreté. Intitulé « Les inégalités tuent » ce rapport 2022, révélé à l’occasion du sommet économique mondial de Davos donne le vertige.

D’un côté, les 10 hommes les plus riches du monde ont vu leur richesse globale doubler pendant la pandémie, suite à une flambée des prix des actions et de l’immobilier. Et depuis le début de l’épidémie, le monde compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures. 

D’un autre côté, l’inégalité économique a réduit les revenus de 99% de la population mondiale et 163 millions de personnes supplémentaires sont passées sous le seuil de pauvreté. Oxfam prévoit que d’ici 2030, 3,3 milliards de personnes vivront avec moins de 5,50 dollars par jour. L’ONG estime que les inégalités contribuent à la mort « d’au moins 21 000 personnes par jour » dans le monde. Ces décès étant dus au manque d’accès aux soins de santé, à la violence liée au genre, à la faim et à la crise climatique. 

Les femmes constituent le gros des bataillons des plus pauvres : « 252 hommes se partagent aujourd’hui plus de richesses que le milliard de filles et de femmes vivant en Afrique, en Amérique latine et aux Caraïbes réunies. » indique le rapport. 

 

Et en France ?

En France, la fortune des milliardaires a bondi de 86% pendant la crise et les cinq plus riches ont doublé leur fortune depuis le début de la pandémie. Ils possèdent à eux seuls autant que les 40% les plus pauvres. Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH, a vu par exemple sa fortune passer de 67 milliards d’euros en mars 2020 à 163 milliards, en octobre dernier. 

A l’opposé, 7 millions de personnes ont besoin de l’aide alimentaire, soit plus de 10 % de la population française. Et 4 millions de personnes supplémentaires sont en situation de vulnérabilité à cause de la crise. Beaucoup de femmes, parmi ces travailleur.ses précaires, qui ont vu leur situation se détériorer encore davantage.

« L’augmentation des inégalités économiques, de race et de genre, ainsi que les inégalités entre pays, fragmentent notre monde » dénonce l’ONG qui ajoute que cet enrichissement sans précédent des plus riches: « n’est pas le fruit du hasard, mais de décisions politiques délibérées : une « violence économique » s’opère lorsque les choix de politiques structurelles sont faits pour les personnes les plus riches et les plus puissantes. »

Revoir la fiscalité

L’ONG préconise « une taxation progressive » et des systèmes de santé publics et gratuits pour tous. « Une taxe exceptionnelle de 99 % sur les revenus provenant de la pandémie des dix hommes les plus riches permettrait de produire assez de vaccins pour le monde, fournir une protection sociale et médicale universelle, financer l’adaptation au climat et réduire la violence liée au genre dans quatre-vingts pays », a-t-elle calculé… Et même ainsi, ces hommes verraient leur fortune augmentée de « 8 milliards de plus qu’avant la pandémie».

Oxfam France critique aussi vertement la politique d’Emmanuel Macron, et « appelle à un changement radical de politique fiscale ». Au menu : « ISF rénové avec une surtaxe pour les patrimoines les plus polluants, une réforme de l’imposition de l’héritage, ou encore un impôt sur le revenu plus juste et plus féministe. L’ONG renvoie sur ce point, à son « Manifeste fiscal, juste, vert et féministe » à destination des candidats à la présidentielle. Elle propose 15 réformes « qui permettraient de dégager au moins 65 milliards d’euros supplémentaires par an, sans augmenter la contribution des classes populaires ni des classes moyennes basses » Parmi ces réformes, une « fiscalité féministe » devrait instaurer l’individualisation de l’impôt sur le revenu à s’attaquer à la fiscalisation des pensions alimentaires.

On en est encore très loin dans les programmes des candidats…

Lire aussi dans Les Nouvelles News

DES RICHES ENCORE PLUS RICHES, ENCORE PLUS HOMMES

HAPPENING POUR UN PLAN DE RELANCE FÉMINISTE MONDIAL : #STOPTALKINGSTARTFUNDING

LE SEXE DE LA RICHESSE QUI COMPTE

Laisser un commentaire