Accueil MédiasBruits et chuchotements « Monsieur LA rapporteur », la féminisation des titres ne passe toujours pas à droite

« Monsieur LA rapporteur », la féminisation des titres ne passe toujours pas à droite

par Isabelle Germain

Julien Aubert refuse de dire « madame La ministre » à Barbara Pompili qui l’appelle monsieur LA raporteur ». Et la présidente de séance sermonne la ministre !

Julien Aubert est un récidiviste. Il s’obstine à refuser de féminiser les plus hautes fonctions. Dernier épisode, le 7 octobre dernier. Le député LR du Vaucluse est alors rapporteur d’une proposition de loi visant à «raisonner le développement éolien. » Et, s’adressant à Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, il ne cesse de répéter « Madame LE ministre ». Agacée, la ministre, en lui répondant, s’adresse à « monsieur LA rapporteur».

Mais c’est elle qui reçoit un sermon de la présidente de séance, la députée LR Annie Genevard. « Madame la ministre s’il vous plaît ! Permettez-moi de vous dire que quand Julien Aubert dit madame le ministre, on peut en penser ce qu’on veut, mais c’est conforme à la langue française. Lorsque vous dites monsieur la rapporteure, c’est une provocation et je ne veux pas la laisser passer » affirme-t-elle raide sur le perchoir. Elle a tort sur le fond mais elle continue le sermon quand Barbara Pompili lui répond : « Je demande de manière très claire à être appelée ‘madame la ministre’. Si monsieur le député ne respecte pas cela, il sera appelé ‘monsieur la rapporteur’ et j’en prends la pleine responsabilité. » Annie Genevard l’accuse de « tordre les usages.»

Justement, depuis peu, de nouveaux usages s’installent dans le milieu politique. La bataille a été rude dans l’Hémicycle et avec l’Académie Française mais celle-ci a fini par admettre la féminisation des noms de fonction et le règlement de l’Assemblée stipule que « les fonctions exercées au sein de l’Assemblée sont mentionnées avec la marque du genre commandée par la personne concernée »

Mais dans les rangs du parti Les Républicains on ne l’entend toujours pas de cette oreille. Julien Aubert est toujours meneur de la croisade contre la féminisation des noms de fonction. Il a même été sanctionné financièrement en 2014

Lire : « MADAME LE PRÉSIDENT » : SANCTION CONFIRMÉE POUR JULIEN AUBERT

Mais des parlementaires de droite volaient à son secours protestant, dans une tribune publiée par le Figaro, contre ce qu’ils appelaient « la police de la pensée » et posant un « ultimatum » pour « Madame LE président au président de l’Assemblée nationale»

Lire : « MADAME LE PRÉSIDENT », 140 DÉPUTÉS FONT LA POLICE DU FÉMINISME

En 2017 nouvelle bronca de conservateurs à l’assemblée pour s’opposer à la féminisation des titres

Lire : « MADAME LA PRÉSIDENTE » NE PASSE TOUJOURS PAS À DROITE

Visiblement , en 2021, la féminisation des titres et fonctions -et probablement la féminisation des fonctions elles-mêmes- pose problème à la droite.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

JULIEN AUBERT ET LE SELFIE AU MASCULIN

 

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com