Accueil Politique & Société Quotas de femmes dans les conseils d’administration : c’est voté !

Quotas de femmes dans les conseils d’administration : c’est voté !

par Isabelle Germain

20% de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises en 2012, 40% en 2016. Dix mois après l’Assemblée nationale, le Sénat vient d’adopter la proposition de loi, un électrochoc pour les grands patrons. Environ 2500 entreprises sont concernées.


Comme toujours en France, il aura fallu passer par la loi. Une loi approuvée par plus de 70% des Français qui plus est. Pour mettre fin à la sous-représentation des femmes dans les directions des entreprises (moins de 15% en 2010), le Sénat vient d’adopter la proposition de loi Copé-Zimmermann qui contraint les entreprises du CAC 40 et celles disposant d’un conseil de surveillance à instaurer une représentatio équilibrée des hommes et des femmes.

Les sociétés concernées disposeront d’un délai de 5 ans pour s’adapter aux dispositions de la loi, à raison d’une composition égale ou supérieure à 20% de femmes d’ici à 18 mois, et de 40% ensuite. Les sanctions ? Le texte initial prévoyait que toute nomination qui fera obstacle à ce principe serait considérée comme nulle. Et surtout, le non-respect de ces quotas devait entrainer la nullité des décisions du conseil d’administration. Les sénateurs ne sont pas allés jusque là. Ils ont retenu la nullité des nominations et ont ajouté la suppression temporaire des jetons de présence. Les sanctions initiales, sévères, étaient présentées par Marie-Jo Zimmermann, députée de Moselle, avec l’appui de la gauche et d’une partie de l’UMP, contre l’avis du gouvernement.

Les Français favorables aux quotas

Septembre 2009, sondage de l’association GEF (Grandes Ecoles au Féminin) : 87% des diplômés des écoles françaises les plus prestigieuses (Centrale Paris, ENA, Ponts et Chaussées, ESCP, Essec, HEC, INSEAD, Mines et Polytechnique) estimaient qu’à diplôme égal il existait des différences de traitement entre hommes et femmes. 55% d’entre eux se déclaraient favorables aux quotas de femmes dans le top management des  entreprises. Toutefois, seulement 44% des hommes s’y disaient favorables. « Au sein de cette population issue des grandes écoles, c’est une avancée, commente Véronique Preaux-Cobti, la présidente de GEF. En 2002, une écrasante majorité aurait été contre. Aujourd’hui, après des années de bonne volonté sans aucun changement, il y a une véritable prise que conscience que les choses n’avancent pas toutes seules. » Et dans un sondage publié en juillet 2009 par de Madame Figaro, 71% de Français se déclaraient favorables aux quotas.

Les nouvelles règles de gouvernance devaient être étendues aux entreprises du secteur public et des EPIC et EPA soumis aux règles du droit privé pour leurs personnels. Mais la rapporteure du texte au Sénat, Marie-Hélène des Esgaulx (UMP), a fait retirer du texte les établissements administratifs, tels que le CNES, le CEA ou les universités : «cette proposition de loi est centrée sur le champ économique et doit le rester», a-t-elle expliqué sans convaincre les patrons d’entreprises privées.

Résistance

L’an dernier, l’annonce par Jean-François Copé de la proposition de loi avait littéralement assommé les grands patrons. « Nous voulons créer un électrochoc », avait reconnu le député. Pour tenter d’éviter la contrainte législative, le patronat avait fait inscrire dare-dare l’objectif de parité dans le code de gouvernance Afep-Medef en avril dernier… mais sans les sanctions. Et il est vrai que, en quelques mois, le nombre de femmes dans les CA des entreprises du CAC 40 est passé de 10 à 15%. Le choix de ces femmes vite recrutées – Madame Chirac, Madame Woerth… – avait fait tordre du nez nombre de femmes dirigeantes lesquelles estimaient qu’il ne fallait pas confondre « femmes » et « femmes de »… Voyant qu’il n’empêcherait pas, pour autant, la loi d’être adoptée, l’Afep a pratiqué un lobbying soutenu en direction des sénateurs pour faire supprimer du texte la nullité des délibérations en cas de non-respect des quotas. Ils ont proposé, à la place, la mise en réserve des jetons de présence des administrateurs.

Les entreprises de plus de 500 salariés

Au-delà des entreprises cotées visées par le texte initial, la commission des Lois a étendu le champ aux entreprises de 500 salariés avec un chiffre d’affaires annuel (ou un total de bilan) supérieur à 50 millions d’euros. La mesure dépasse donc les sept cents entreprises cotées. En pratique, on estime au Sénat qu’un délai supplémentaire sera accordé aux entreprises non cotées, entreprises familiales et autres pour lesquelles l’application de la loi se révèlera plus difficile. Aujourd’hui, la patronat semble résigné à cette contrainte. Laurence Parisot, la patronne du Medef, après s’être dite hostile à la politique de contrainte, juge désormais dans les Echos le texte parlementaire salutaire : « Il y a des moments, sur des grands sujets, où une loi est tout à fait nécessaire.»

L’exemple par le haut

Si cette loi ne rencontre pas d’opposition frontale, des élus regrettent l’énergie mise sur un sujet qui ne concerne que le haut du pavé féminin. Marie-Georges Buffet (PCF) regrette par exemple qu’on ne s’attaque pas d’abord aux inégalités salariales et aux autres questions liées aux femmes dans l’entreprise. D’autres lois s’y sont pourtant déjà essayées : on en compte six depuis 1972… Sans grand succès. Marie-Jo Zimmermann croit, elle, à l’effet d’entraînement du haut vers le bas: « le jour où les CA seront féminisés à 40%, les six lois que nous avons votées seront peut-être enfin respectées ». La science du management enseigne en effet que « un escalier se balaye toujours en commençant par le haut »… Et c’est très poussiéreux !

Au-delà des théories, tout va dépendre maintenant de l’énergie que mettront les dirigeants d’entreprises à composer leurs viviers de femmes candidates à ces conseils d’administration. Quelques entreprises telles BNP Paribas, Michelin, L’Oréal, Pernod Ricard et la Société générale comptent déjà plus de 20% de femmes dans leurs conseils. Les adversaires de la loi , eux, invoquent le manque de femmes à ces hauts niveaux. Anticipant l’objection, Marie-Claude Peyrache et Véronique Préaux-Cobti ont créé, en 2008, le programme « BoardWomen Partners » qui consiste à accompagner les « hauts potentiels féminins » vers ces sommets. Mieux : elles ont convaincu les plus grands patrons de s’engager à prendre en main le programme et à devenir mentors de ces futures dirigeantes. Au Women’s forum qui s’est tenu au début du mois d’octobre à Deauville, une vingtaine de grandes entreprises internationales se sont engagées à favoriser l’accès des femmes aux postes de top management.

Il est vrai qu’à ce jour, le club des femmes qui siègent dans les conseils d’administration de groupes du CAC 40 est encore très fermé : Anne Lauvergeon, présidente d’Areva, Patricia Barbizet, directrice générale d’Artemis, Laurence Parisot, présidente du Medef, Virginie Morgon, membre du directoire d’Eurazeo… on les surnomme les « golden skirts », les jupes dorées, ces rares femmes qui cumulent les sièges dans les CA. Mais elles-mêmes assurent n’attendre que d’être rejointes par d’autres, pour se sentir moins seules.

En savoir plus

En route vers la parité dans les entreprises

Conseils d’administration en quête de femmes

Parité : la France chute au 46ème rang mondial

Parité professionnelle : la nouvelle loi pourrait être sauvée par une politique familiale audacieuse

Une proposition de loi pour la parité en économie

Parité : la France chute au 46ème rang mondial

Bernadette Chirac au CA de LVMH : un pied de nez à la parité

Des femmes oui, mais surtout « femmes de »…

Remaniement viril

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

12 commentaires

12 commentaires

de profundis 27 octobre 2010 - 21:11

rendez-vous en 2016 donc !

Répondre
Georges 28 octobre 2010 - 08:43

Il ne reste plus qu’à passer le décret d’application… Le « droit de suite » ici devient un devoir dont je suis certain que les Nouvelles News vont s’acquitter avec joie 😀
Cela ne changera à court terme pas le problème de l’inégalité salariale (la présidence du MEDEF est féminine et cela n’a pas eu d’effet sur ce sujet) mais c’est un petit bond pour la parité faute d’être un grand pas vers l’égalité !

Répondre
ccalvo 28 octobre 2010 - 10:19

C’est un pas important, mais toutefois un petit pas, dans le vaste chantier de l’égalité des genres. Cette loi est surtout symbolique, et on connait le poids des symboles dans les représentations et les discriminations. En réalité, elle ne va pas changer le quotidien de millions de femmes. Pas tout de suite en tout cas.

Répondre
Hypathie 28 octobre 2010 - 14:47

Bravo, maintenant il ne reste plus qu’à appliquer. Chiche ? :sigh:

Répondre
isabelle germain 28 octobre 2010 - 15:29

Comptez sur nous Georges ! On ouvre l’oeil.

Répondre
Dominique Hordé 28 octobre 2010 - 17:06

Lourde tâche pas gagnée!!! Et espérons que ce ne soit pas une poignée de femmes toujours les mêmes qui soient présentes partout…On retrouve toujours les mêmes administrateurs dans les CA…

Au delà de ce clivage hommes femmes, il y a une vrai réflexion à avoir sur le profil des administrateurs (trices)

Répondre
Dominique Hordé 28 octobre 2010 - 17:09

Message parti un peu vite…C’est une vraie réflexion à avoir…

Répondre
béatrice Toulon 29 octobre 2010 - 12:16

Réponse à Georges,
Oui, comptez sur Les nouvelles news pour suivre le sujet et en rendre compte régulièrement.

Répondre
claude 29 octobre 2010 - 12:57

C’est déjà un pas… et dans les faits… va-t-on leur demander d’avoir 120 ans … histoire de leur avoir fait redescendre et remonter 3 fois la hiérarchie pour vérifier qu’elles sont assez résistantes ?… ou quelles humiliations prévoit-on ?

Répondre
claude 30 octobre 2010 - 10:06

très insuffisant : il faudrait au moins 55% de femmes, une égalité salariale… et des « critères » de base acceptables. Si l’on proend l’exemple des blogs on a bien vu qu’avec des critères déterminés par des mâles les femmes n’avaient aucune chance d’être reconnues. Il faut aussi des hommes comme DeGaulle…

Répondre
domi 1 novembre 2010 - 08:58

Il est surtout nécessaire d’avoir des Pdg intelligent-e-s humainement et intellectuellement et supprimer des avantages monstrueux comme ceux qui font couler les sociétés (citons la SocGen) et quittent la boite avec des millions ! Un(e) bo(n) PDG(ère) stipule le respect des salariés, la transparence… pas comme parisot ou pire leclerc qui fait du mécénat sur le dos des caissières…

Répondre
fred9999 3 novembre 2010 - 08:27

il manque juste 11% pour atteindre la majorité ! ce n’est pas avec 40% qu’on prend la tête… quelle ironie…

Répondre

Laisser un commentaire