Accueil International Les femmes dirigeantes meilleures que les hommes face à la pandémie ?

Les femmes dirigeantes meilleures que les hommes face à la pandémie ?

par Isabelle Germain

Political Leaders Showing the Way 20-FIRST

Allemagne, Nouvelle-Zélande, Taiwan, San-Francisco… Pays et villes dirigés par des femmes sont plus efficaces face à la crise sanitaire selon la presse anglo-saxonne. La biologie n’y est pour rien.

Face aux roulements de mécaniques d’un Donald Trump ou d’un Boris Johnson, face à un président français qui affirmait crânement, une semaine avant de devoir annoncer le confinement, qu’il fallait continuer à aller au théâtre comme lui… Les femmes dirigeantes se sont montrées efficaces face au Coronavirus. Bien sûr, le facteur « femme dirigeante » n’est pas le seul à expliquer la bonne gestion de la crise par les pays qui s’en sortent bien mais il joue indéniablement et il est plus culturel que biologique.

Avivah Wittenberg-Cox, directrice générale de  20-first, (et co-fondatrice du réseau d’EPWN en France) l’affirme par exemple dans le magazine Forbes. (Additif le 28 avril : Avant l’article de Forbes, Charlotte Seck avait écrit sur le même sujet sur le site Amina Mag .) Elle observe les Etats dirigés par des femmes : « De l’Islande à Taïwan et de l’Allemagne à la Nouvelle-Zélande, les femmes se mobilisent et montrent au monde comment gérer cette crise.» Elle réfute l’objection selon laquelle il s’agit de petits pays, d’îles ou autres. «L’Allemagne est une grande puissance et le Royaume-Uni une île, leurs résultats sont très différents ». Quelle alternative ces femmes dirigeantes ont-elles opposé d’emblée aux roulements de mécanique de leurs homologues masculins s’affirmant plus forts qu’une petite gripette ?

Calme, sérieux, anticipation
« Angela Merkel, la chancelière d’Allemagne, s’est réveillée très tôt et a dit calmement à ses compatriotes qu’il s’agissait d’un virus grave qui infecterait jusqu’à 70% de la population. « C’est sérieux », a-t-elle dit, « prenez-le au sérieux » » écrit Avivah Witterberg-Cox. Face à la gravité du message le pays a suivi. Les tests ont commencé dès le départ. Et les chiffres de personnes infectées et de morts sont bien inférieurs à ceux de ses voisins européens.

La dirigeante de Taiwan, Tsai Ing-wen’s, impressionne beaucoup. La chaîne américaine CNN a même affirmé qu’elle avait donné «l’une des meilleures réponses au monde». Dès les premiers signes, elle a mis en place 124 mesures pour stopper la propagation, sans recourir au confinement de l’ensemble de la population.

Politique du bien-être

Jacinda Ardern, la Première ministre de Nouvelle-Zélande est aussi citée en exemple dans de nombreux médias. Cette travailliste féministe mène une politique du bien-être depuis qu’elle a pris ses fonctions. (Lire :  LA PREMIÈRE MINISTRE NÉO-ZÉLANDAISE MÈNE UNE POLITIQUE DU BIEN-ÊTRE) Elle a mis son pays en alerte maximum très tôt. Le Washington Post, très laudatif, décrit sa stratégie en deux temps. Le 28 février, la Nouvelle-Zélande identifie un premier cas de Covid-19 et met en quatorzaine les visiteurs internationaux, quitte à porter un sérieux coup au tourisme. Le 19 mars, la Nouvelle-Zélande ferme ses frontières à tous les étrangers.  Les mesures de confinement et de distanciation sociale ont été prises avant que le virus ne se propage. Côté économie, la Première ministre a permis aux néo-zélandais, ainsi qu’aux immigrants de l’archipel, de recevoir une aide de l’Etat pour leur éviter de se rendre au travail.

En Islande, la Première ministre Katrín Jakobsdóttir, a décidé de diffuser des tests gratuits de coronavirus et de tester toute la population, pas seulement les personnes présentant des symptômes comme en Corée du Sud. Aujourd’hui, l’Islande a déjà dépisté, proportionnellement à sa population, cinq fois plus de personnes que la Corée du sud. Elle n’a pas eu à fermer les écoles.

Parler au peuple

En Finlande, Sanna Marin la plus jeune cheffe de gouvernement du monde s’est appuyée sur les réseaux sociaux pour faire circuler les informations sur la prévention du Covid 19 et a ainsi pu mobiliser les plus jeunes. Le pays a aussi interdit les déplacements dans et vers les régions touchées par le virus.

En Norvège, dirigée par un trio de femmes, Avivah Wittenberg-Cox applaudit la  Première ministre, Erna Solberg, qui « a eu l’idée novatrice d’utiliser la télévision pour parler directement aux enfants de son pays. » Elle leur a expliqué pourquoi il était acceptable d’avoir peur et a répondu directement à leurs questions. Au Danemark, son homologue Mette Frederiksen a fait la même chose.

Et ce n’est pas tout : aux Etats Unis, San-Fransisco est une des rares villes dirigées par une femme. C’est aussi, selon The Atlantic, une ville dans laquelle le nombre de cas est bien inférieur à celui d’autres métropoles américaines de même taille. Il faut dire que la maire démocrate n’a pas suivi le président Trump dans le déni. Fin février elle déclarait l’état d’urgence dans sa ville. Le 17 mars, elle a ordonné le confinement des habitants et limité l’activité économique alors qu’on ne comptait, à San Francisco que 50 cas confirmés de coronavirus.

Sur-performance

Qu’est-ce qui rend les femmes plus performantes dans cette crise ? Ce n’est certainement pas une affaire de biologie. Dans The Guardian, Arwa Mahdawi rappelle que pour se faire une place dans des lieux de pouvoir traditionnellement réservés aux hommes, les femmes doivent être bien meilleures qu’eux, rien ne leur est pardonné. Pas étonnant donc qu’elles gèrent mieux cette crise. Elle note aussi que les femmes se sont appuyées sur l’expertise des scientifiques tandis que certains hommes comme Trump ont fait de la bataille contre le covid19 une bataille d’égo. Et c’est une posture acceptée voire encouragée chez eux. « Trump s’en prend à la presse et aux chefs d’État. Imaginons qu’Hillary Clinton ait réagi ainsi à une crise. Elle aurait immédiatement été mise en accusation. Ce qui soulève cette question, s’amuse l’éditorialiste du Guardian : certains hommes sont-ils tout simplement trop émotifs pour être des leaders? »  

Empathie versus autorité

Avivah Wittenberg-Cox voit dans les performances des dirigeantes des qualités attribuées au genre féminin. L’empathie, l’écoute, le souci du bien-être sont les qualités attendues des femmes. Toute leur vie, elles ont été éduquées avec cette idée. Quand elle les observe « C’est comme si leurs bras sortaient de leurs vidéos pour vous serrer dans une étreinte chaleureuse et affectueuse. »  Une approche à l’opposé de la mâle assurance de  dirigeants pétris d’autoritarisme: « blâmer «les autres», capturer le pouvoir judiciaire, diaboliser les journalistes et couvrir leur pays de «je ne veux jamais » (Trump, Bolsonaro, Obrador, Modi, Duterte, Orban, Poutine, Netanyahu…)» écrit-elle.

 Sa conclusion est à méditer : « Depuis des années, des recherches suggèrent timidement que les styles de leadership des femmes pourraient être différents et bénéfiques. Au lieu de cela, trop d’organisations politiques et d’entreprises travaillent toujours pour que les femmes se comportent davantage comme des hommes si elles veulent diriger ou réussir. Pourtant, ces dirigeants nationaux sont des observations d’études de cas des sept traits de leadership que les hommes peuvent vouloir apprendre des femmes. Il est temps de le reconnaître – et d’en élire davantage. » conclut-elle.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

LES SOLDATES DU « CARE » EN PREMIÈRE LIGNE FACE AU COVID-19
LE SEXE DE LA RICHESSE QUI COMPTE
MESSAGE DE COLINE SERREAU POUR REMETTRE LES IDÉES À L’ENDROIT
ILS PENSENT LA GUERRE, ELLES PANSENT LES BLESSURES : LE MONDE SELON LES MÉDIAS
« Y’A LA COLÈRE DANS LE CATHÉTER », LA RÉVOLTE EN CHANSON
POUR L’ÉGALITÉ, ONU FEMMES VEUT « TRANSFORMER LES ÉCONOMIES »
LE SEXE DE L’ÉCONOMIE, RETOUR SUR LE COLLOQUE
DOSSIER – BIEN-ÊTRE ET CROISSANCE
 
Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

7 commentaires

7 commentaires

Lise Parent 14 avril 2020 - 19:40

Les femmes dirigeantes vont plus dans les détails et attache beaucoup d’importance à ce qui est important plutôt que de s’arrêter sur l’image et ce que ce geste peut lui apporter au point de vue popularité.Elles sont profondément humaine et sont capable de discuter plutôt que d’imposer.Elles sont capable de se mettre à la place de ceux et celles qui sont touchés par conséquent elles accompagne les gens au lieu de les confronter. Une main de fer dans un gant de velours.

Répondre
Léa 16 avril 2020 - 19:20

La question est aussi de savoir, en tout cas dans les régimes démocratiques, ce que les populations, globalement, attendent des hommes politiques et des femmes politiques. Certes, en termes de décision, confiner plus vite ça n’a pas de sexe. Mais en termes de posture, comment serait perçu un Macron en mode « paternel »? Est-ce que le style E. Philippe, plus sobre, passe mieux? La question que vous posez sur la manière dont on attend des femmes qu’elles deviennent des « hommes comme les autres » pour être dirigeantes, est très pertinente. Mais elle se pose aussi pour les hommes. En France en particulier, où on grandit avec une Histoire faite de Grands hommes (et de quelques Grandes femmes) qui sont des sauveurs-tout-puissants, mi père-mi dieu, on attend encore de nos gouvernements qu’ils guérissent les écrouelles.
Je suis frappée par la manière dont nos dirigeants actuels se font éreinter. Pas critiquer, ce qui serait normal et démocratique, mais bien insulter, menacer, dénigrer, et …. sollicités pour tout. Un peuple encore aussi adolescent (pour ne pas dire infantile) dans son rapport aux dirigeants, est-il prêt à des gouvernants qui avoueraient leurs limites et seraient dans l’empathie? J’en doute. C’est sans doute aussi pour ça qu’il n’élit toujours pas des femmes en masse, sauf quelques uns qui ont montré qu’elles « ont des c…. »

Répondre
Fatou 26 avril 2020 - 00:23

Pour votre information, L’article n’est pas n’est pas de
Avivah Wittenberg-Cox mais de Charlotte Seck! Il imporrant de le préciser!

Répondre
Kaltrine 27 avril 2020 - 15:45

Veuillez citer l’auteure correcte de vos sources: Charlotte Seck.

Répondre
Wali 27 avril 2020 - 18:19

C’est honteux, l’article auquel vous faites référence n’est pas d’Avivah Wittenberg Cox mais de Charlotte Seck donc ayez l’honnêteté de rectifier cette erreur. C’est scandaleux et malhonnête de s’accaparer du travail d’autrui, cette Avivah doit reconnaître son plagiat et verser des dommages et intérêts à Charlotte Seck.

Répondre
Christophe 27 avril 2020 - 21:16

plagiat de l ecrivaine Charlotte Seck,c est elle l auteur

Répondre
Rachel 2 mai 2020 - 22:30

L’article n’est pas de Avivah Wittenberg-Cox mais de Charlotte Seck! Il imporrant de le préciser!

Répondre

Laisser un commentaire