Accueil MédiasBruits et chuchotements Les femmes plus diplômées mais bien moins rémunérées que les hommes

Les femmes plus diplômées mais bien moins rémunérées que les hommes

par Isabelle Germain

27,6 % des femmes et 24,8 % des hommes sont diplômé.es de l’enseignement supérieur. Le salaire en équivalent temps plein des femmes est inférieur de 15,6 % à celui des hommes.

Pour les femmes, les diplômes ne paient pas… Ou bien moins que pour les hommes. L’Insee vient de publier son tableau de bord des conditions de vie et société sur la thématique de l’égalité femmes – hommes en 2021. L’institut de statistiques met notamment en exergue deux séries de chiffres : les premiers comparent les niveaux de diplômes et les seconds le statut professionnel.

« Les femmes âgées de 25 à 64 ans sont plus diplômées que les hommes : 62,0 % d’entre elles ont au moins le baccalauréat, soit 6,5 points de plus que leurs homologues masculins. 27,6 % des femmes sont titulaires d’un diplôme de niveau Bac + 3 ou supérieur, contre 24,8 % des hommes. »

Cette plus grande réussite dans les études n’est pas payante dans la vie professionnelle. En 2021, la part des cadres est plus élevée chez les hommes (24,3 %) que chez les femmes (18,7 %). Et les femmes sont 28,0 % à travailler à temps partiel : c’est 3,4 fois plus que les hommes. 41,1 % des femmes en emploi occupent des postes d’employées, contre 11,9 % des hommes. Ces derniers sont quant à eux plus souvent ouvriers (30,0 % contre 7,7 %).

Les métiers exercés par les hommes sont plus rémunérateurs et les femmes ont moins souvent accès aux postes les mieux payés. Les femmes diplômées de l’enseignement supérieur sont plus souvent orientées vers des carrières dans le domaine médico-social ou médical et les sciences humaines. Les métiers du service et du soin dans lesquels se concentre l’emploi des femmes paient moins que ceux de l’industrie où s’orientent les hommes.

Le salaire en équivalent temps plein des femmes reste inférieur de 15,6 % à celui des hommes. Et plus on monte les marches de la hiérarchie plus l’écart de salaire s’élève. Cet écart est notamment de 17,0 % en défaveur des femmes en moyenne chez les cadres.

Et on sait que les filles ont plus de mal que les garçons à obtenir ces diplômes. Elles sont parfois bloquées à l’entrée des écoles les plus prestigieuses. Une expérience observée pendant la pandémie montrait que lors des épreuves orales d’entrée dans certaines écoles, les examinateurs avaient tendance à se montrer très conciliants avec les garçons dans les filières où il y avait beaucoup de filles mais ne faisaient pas preuve de la même mansuétude avec les filles dans les filières où les garçons étaient dominants.

Lire : SANS ÉPREUVES ORALES, DAVANTAGE DE FEMMES À NORMALE-SUP EN LETTRES, PAS EN SCIENCES

Et en amont de ces épreuves d’entrées dans les grandes écoles, les filles sont souvent bloquées par une série interminable de stéréotypes.

Lire : CES STÉRÉOTYPES QUI BLOQUENT LES AMBITIONS DES FILLES ET DES FEMMES

En outre, il faut ajouter que les femmes accomplissent beaucoup plus de travail domestique et familial non rémunéré que les hommes… ce qui, en plus, pénalise leurs carrières. Et la politique économique entretient cette injustice.

Lire : LA LOI POUVOIR D’ACHAT POURRAIT AGGRAVER LES INÉGALITÉS FEMMES-HOMMES

Lire aussi dans Les Nouvelles News

LE GENDER GAP SALARIAL SE CREUSE DÈS LE PREMIER EMPLOI

MÊME APRÈS SCIENCES PO, LES INÉGALITÉS DE GENRE PERSISTENT

LES DIPLÔMÉES DES GRANDES ÉCOLES, PLUS PRÉCAIRES QUE LES DIPLÔMÉS

DANS LES GRANDES ÉCOLES, L’ÉGALITÉ À PETITS PAS

DÉBUT DE CARRIÈRE TOUJOURS PLUS LENT POUR LES FEMMES

PAS D’ARGENT, PAS DE START-UPPEUSE

1 commenter

Casse Katherine 27 juillet 2022 - 15:39

C’est tellement vrai ! mes filles commencent leur vie professionnelle avec toutes les 2 un diplôme de Master très recherché et bien bizarrement les entreprises qui recrutent au même niveau de salaire filles et garçons font avancer plus vite les garçons que les filles dans la hiérarchie. Impossible de connaitre la vrai raison lorsque la demande de justification est faite. Et si on insiste alors on est traité de « caractérielle ». et pour les réflexions de ces messieurs : Ah bien maintenant on ne peut plus rien dire.
Je n’en reviens pas de voir que plus de 40 ans après le début de ma carrière professionnelle on en soit encore là…

Répondre

Laisser un commentaire